La voie du corps
Hanicka ANDRES
le 03 October 2017
Pourquoi témoignez-vous ?
J’ai été contacté pour un projet photographique par la M.A.S. Les Archipel de Messigny-en-Vantoux (21), qui a pour mission d’accueillir des jeunes adultes handicapés en situation de « grande dépendance » ; Ils ont besoin d’une aide humaine et technique permanente, proche et individualisée. Ils étaient alors en plein questionnement sur la vie affective et sexuelle des jeunes résidents et souhaitaient que mon travail permette d’ouvrir le débat autour de ces questions, encore tabous en France. Ces personnes, dont le polyhandicap est très important, sont constamment renvoyés à leur propre image. Or, dans leur développement, elles ont besoin d’un miroir (tant du miroir objet que du miroir représenté par le regard de ses pairs) pour faire face aux changements de leur corps. Une personne polyhandicapée est constamment renvoyé à une image corporelle diminuée et a toujours été en contact, depuis son plus jeune âge, pour la plupart, avec des enfants, puis des adolescents, porteurs d’un handicap. A travers le handicap des autres, il a toujours vu son propre handicap.
Description de l'oeuvre
Photographies de personnes volontaires dans des lieux non médicalisés ; hôtel, piscine, mairie, église, bibliothèque, … lieux qu’elles ne fréquentent pas habituellement, espaces de vie qui représentent notre société (mais aussi lieux qui dictent nos conduites relatives à notre vie affective et sexuelle d’une façon ou d’une autre). Accompagnée des éducateurs nous les avons débarrassé de leurs appareillages, leur fauteuil pour que leur corps soit libéré et s’exprime autrement. Nous avons ainsi exploré ensemble une autre voie, celle du corps libéré, dans un monde qui pourrait soudain devenir accessible ; la voie du corps…

Commentaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *