Histoire Sein’gulière d’un tatouage peu ordinaire…
Sandrine Guesnel
le 16 juin 2019
Pourquoi témoignez-vous ?
Les photos et montage vidéo du témoignage que je présente aujourd’hui au prix du talent n’étaient, au départ, que le souvenir d’un moment fort de vie.
Mais, comme une évidence, nous avons souhaité (mes 2 protagonistes,Lili et Alex, et moi) faire vivre ce témoignage afin d’aider d’autres femmes à envisager le tatouage comme une alternative ou un complément à la reconstruction après une mastectomie (ablation des seins) suite à un cancer de sein.
Nous avons voulu mettre à profit cette histoire personnelle et intime, ce moment de vie pour informer les femmes de cette possibilité.
Nous espérons ainsi que certaines, pourront, grâce à ce témoignage, se réaproprier autrement leur corps et gommer un peu cet épisode douloureux qu’est le cancer ou la mastectomie prophylactique (pour éviter un cancer).
Ce témoignage est donc dédié à ces femmes mais aussi à toutes les autres car la beauté n’a pas de normes…
Description de l'oeuvre
13 Janvier 2018, mon amie Lili se rend au salon du tatouage de Toulouse pour rencontrer Alex une talentueuse tatoueuse.
Cela pourrait être une histoire singulière d’un tatouage ordinaire mais il n’en est rien…
Lili vient ici faire tatouer son sein reconstruit suite à un cancer du Sein.
Cela devient alors "une histoire Sein’gulière d’un tatouage peu ordinaire…"
Elle vient en effet clore un chapitre douloureux de sa vie.

De mon côté, moi même touchée par le cancer du sein, je viens de subir quelques semaines plus tôt l’ablation de mes 2 seins.
Je n’ai pas souhaité me faire reconstruire et j’ai du me battre pour cela. Les médecins ne comprenant pas mon choix…
Ils ne comprenaient pas que cela faisait un an que je suivais le travail d’Alex, un an que je me préparais à cette éventualité de la mastectomie, un an que j’avais choisi une autre reconstruction: le tatouage.
Ma petite soeur m’ayant fait découvrir le superbe travail d’Alex, j’avais pu voir comment son talent d’artiste avait aidé tant de femmes à poser un autre regard sur leur corps meurtri, à s'accepter et à effacer les cicatrices tant physiques, que psychologiques.
En réalisant ses tatouages, Alex ne savait pas qu’elle aidait d’autres femmes, au delà même de celles qu’elles tatouait.
En effet je ne la connaissait pas encore, mais grâce à elle mon travail de reconstruction avait pu commencer avant même l’ablation.
Me projeter à travers les photos de ses oeuvres m’avait aidé à prendre la décision de ne pas me faire reconstruire chirurgicalement. Le tatouage serait ma reconstruction et Alex m’aiderait à tourner cette vilaine page…

Aussi, mon amie Lili, connaissant mon histoire et mes projets, m’a généreusement convié à l’accompagner lors de ce tatouage.
Photographe amatrice, j’ai voulu réaliser quelques clichés pour immortaliser ce moment fort, pour lui faire des souvenirs de cette étape ultime de reconstruction.
Des photos qu’elle pourrait montrer à son amoureux, à sa fille qui n’étaient pas présents sur le salon. Des photos qu’elle pourrait partager ou sur lesquelles elle pourrait se retourner.
Ce fut un moment fort pour toutes les trois, pas pour les mêmes raisons, mais un moment fort que nous avons partagés, en toute bienveillance.
J’ai pu observer de prêt le courage de Lili, la concentration et le talent d’Alex.

Une fois rentrée chez moi après cette riche journée, j’ai sélectionné un certain nombre de photos et je me suis dit qu’il serait dommage de garder tout cela pour nous.
Aussi avec l’autorisation de Lili et d’Alex, motivées par les mêmes raisons que moi, j’ai rédigé un petit article sur ma page Facebook https://www.facebook.com/Sandy.g.photographies avec l’espoir que cela aiderait d’autres femmes, d’autres soeurs de combat à envisager le tatouage comme une reconstruction possible.
Une sorte de témoignage de femmes, pour les femmes.
Une histoire d’amitié, une histoire de talent, une histoire de vie, une histoire de reconstruction, une "Histoire Sein’gulière d’un tatouage peu ordinaire…"

Et puis cette histoire c’est arrêtée là et je me disais souvent que j’aurais aimé lui donner plus de visibilité.
Non pas pour la gloire, oh non, j’ai conscience que mes photos n’ont d’interêt que pour ce qu’elles racontent… mais pour qu’un maximum de femmes, touchées par le cancer du sein, accède à l’information qu’il est possible de finir le parcourt par un tatouage.
Un tatouage qui les aiderait à avoir une autre image d’elle même, à voir de la beauté en elle, à vivre la mastectomie autrement.
Des tatoueuses de talents, comme Alex, ou d’autres comme celles de Rose Tattoo (aussi en compétition pour le prix du talent) peuvent les y aider.
Les chirurgiens n’en parlant pas, il serait dommage qu’elles ne le sachent pas.
Le tatouage est une alternative possible aux reconstructions classiques, voir complémentaire.
C’est en ce sens, que Lili, Alex et moi participons au prix du talent, pour que cette histoire continue et qu’elle touche le maximum de monde possible.
J’ai alors revu le format spécialement pour le prix en réalisant un petit montage des photos et texte de l’article.
Pour rendre cette histoire encore plus vivante, pour que chacun puisse vivre cette aventure avec nous, comme si il y était.

Et puis je pense que le hasard force parfois un peu les choses car quelques jours avant notre participation à ce prix, j’ai repris contact avec Alex afin de fixer la date de mon propre tatouage en Mars 2020 (une fois que mon kiné aura fini son travail sur mes cicatrices)
Je vais donc bientôt clore moi aussi un chapitre douloureux de ma vie, je vais bientôt pouvoir me regarder dans la glace et voir autre chose que mon cancer.
Qui sait cela sera peut être l’occasion d’écrire une nouvelle histoire, une "Histoire Sein’gulière d’un tatouage peu ordinaire…"

Commentaires